Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Sombres perspectives pour Desquesnes et Faurecia ?

26 Octobre 2011, 07:52am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Des salariés de Desquenes (groupe Effage) manifestaient le 11 octobre dernier dans les rues d’Auchel, inquiets quant à l’avenir de leur entreprise spécialisée dans les travaux de canalisation (gaz, assainissement). « En trente ans, nous sommes passés de 430 à 140 salariés », déplore Denis Duporge, le délégué syndical CGT. La spirale du déclin est-elle en passe d’être enrayée ?

 

Alain-Brogniard--delegue-du-personnel-CGT--et-Therese-.JPG

 

Pas si sûr ! « Depuis plusieurs mois, nous sommes confrontés à des difficultés d’employabilité du personnel, comme dit la direction, en raison d’un manque d’activités. Des salariés sont payés à rester chez eux. Ça se traduit cependant par une perte de revenus de 100 à 150 par mois ; les compléments de paniers ne leur étant pas versés (primes de panier, déplacements, etc.). Nous avions déjà connu une mauvaise passe similaire début 2010 », soupire-t-il. Et le secrétaire du comité d’entreprise d’évoquer des perspectives guère plus ragoûtantes. « Cet hiver, notre patron a été muté à Nantes, à DLE, une filiale du groupe. Il est parti avec les marchés gaziers. Pour les conserver, ici, on nous avait pourtant demandé des efforts en matière de formation. Efforts auxquels nous avions consenti. Et maintenant, on nous annonce que c’est DLE qui va récupérer les contrats. 40 salariés d’Auchel vont être ainsi transférés à Béthune où cette dernière devrait ouvrir une antenne en janvier 2012. Privés de notre activité gaz, on s’orientera davantage encore vers l’assainissement. Mais dans ce secteur, les contrats ne sont pas légions d’autant plus que les collectivités locales sont asphyxiées financièrement. J’ai des craintes, même si aujourd’hui, il n’y a pas encore péril en la demeure», commente Denis Duporge. Et celui-ci de pointer du doigt la stratégie d’un groupe qui « dépossède une entreprise qui ne va pas très bien pour renforcer une filiale en bonne santé financière. C’est quoi l’intérêt ? ». Plus que jamais, la vigilance s’impose « afin de ne pas subir le sort de notre concurrent Dezellus de Bruay-la-Buissière, qui vient de fermer ses portes ».


A Faurecia, des inquiétudes aussi…


Non loin de là, à Faurecia, le ton est tout autant à l’inquiétude. Bien sûr, l’équipementier automobile se veut rassurant quant au respect d’un accord signé l’an dernier. Celui-ci prévoit le maintien de 130 emplois sur place à l’horizon 2015. « Mais après ? » se demande Bertrand Péricaud, conseiller régional PCF qui a rencontré les syndicalistes de l’entreprise, ce lundi. Avec René Hocq, le président du Syndicat d’Aménagement des Zones industrielles des Régions d’Auchel-Lillers (SAZIRAL), il envisage volontiers la création d’un comité de vigilance et d’actions « pour se battre pour le maintien de la production industrielle à Auchel », avec déjà à la clé la réactivation du site Sauvons Auchel (1). La poursuite de l’activité « est loin d’être garantie », selon Thérèse Lecocq de la CGT Faurecia. D’autant moins que les commandes de Volvo, le principal donneur d’ordre, expireront en décembre 2012. « Ici,nous vivons au jour le jour, sans perspectives. Nous sommes dans le flou », affirme la responsable syndicale qui participera ce vendredi à Douai à une réunion d’informations à l’initiative de la Région métallurgie de la CGT. Selon cette dernière, « les cinq sites Faurecia du Nord-Pas-de-Calais pourraient être regroupés en un », s’inquiète-t-elle. Quant à Bertrand Péricaud, il proposera au Conseil régional de recevoir Yann Delabrière, le président-directeur général de Faurecia pour qu’il précise sa stratégie. Ce dernier ne vient-il pas de lui écrire qu’il se tenait «  à la disposition de la Région » ?

gugul-html-m65ed1c20

 

Jacques KMIECIAK

 

  1. http://sauver.faurecia.auchel.over-blog.fr

Commenter cet article