Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Dominique Watrin, élu à la haute assemblée : « Associer les élus du territoire à mon travail de sénateur »

28 Septembre 2011, 09:15am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

 mercredi 28.09.2011, 05:15  - La Voix du Nord

 

 Dominique Watrin entend «s'opposer aux politiques régressives» et « être utile aux habitants».
Dominique Watrin entend «s'opposer aux politiques régressives» et « être utile aux habitants».

|  VOTE |

Élu dimanche, Dominique Watrin prolonge l'idylle entre Rouvroy et la haute assemblée. ...

 

Après Yves Coquelle en 2001, il est le deuxième élu de la ville à représenter le département au Sénat. Grâce à lui, il ne part pas en terrain inconnu : « Je ne suis pas trop dépaysé. Yves Coquelle à qui je rends hommage, m'avait déjà invité à visiter les lieux. C'est assez impressionnant : les ors du Sénat... » Pas au point de lui faire perdre le sens des réalités. « C'est toujours le même engagement, dans un autre lieu. Mon but est de faire avancer les choses, être utile aux habitants, s'opposer aux politiques régressives. » La liste qu'il a conduite a réuni 435 voix : « C'est la fourchette haute de nos estimations. Il n'y a pas eu de défections, on a fait le plein des voix communistes et gagné environ 110 voix en plus : celles des élus des territoires ruraux qui ne sont pas communistes et avec lesquels on travaille. » Dominique Watrin estime tirer profit du travail de terrain mené à la présidence de l'Association départementale des élus communistes et républicains. En 2001, Yves Coquelle avait réuni 625 voix mais depuis Calais et Harnes ont changé de majorité, réduisant le contingent d'élus PC. « Rouvroy est repassé sous la barre des 9 000 habitants : on perd une quinzaine de voix. »

Départ du conseil municipal

La première place de Dominique Watrin n'était pas acquise à l'origine. Jean-Claude Danglot, successeur d'Yves Coquelle en 2007, avait été désigné par le comité fédéral en janvier dernier. Un choix contesté par les élus. La direction du PCF demande l'organisation d'un nouveau vote en juin. Et le nom de Dominique Watrin sort du chapeau. « J'ai été sollicité parce que je rassemblais le mieux. Ce sont les élus, les militants qui m'ont demandé de prendre cette responsabilité », estime cet élu discret mais tenace, qui a passé l'été à faire campagne à travers le Pas-de-Calais. « Je me suis donné comme objectif de revenir trois-quatre fois durant mon mandat sur ces territoires pour tenir ma parole d'associer ces élus à mon travail de sénateur. »

Hier, il a assisté à sa première réunion de groupe : à l'ordre du jour, la préparation de l'élection du président du Sénat et la répartition des élus PC dans les commissions. « J'ai une préférence pour la commission sociale, cela viendrait en complément de ma vice-présidence déléguée aux personnes âgées au conseil général. » Avec cette élection, Dominique Watrin tombe sous le coup de la loi : il n'est pas possible de cumuler un mandat de parlementaire avec deux mandats locaux. Il va donc remettre son mandat de conseiller municipal. Pour des raisons d'agenda, selon lui : « Il se trouve que je cumule trois délégations à la municipalité : affaires sociales, environnement et seniors. Cela me prend deux à deux jours et demi d'implication dans mon emploi du temps : à peu près ce que je dois passer au Sénat. C'est beaucoup plus facile de faire la complémentarité conseil général-Sénat. » Le lundi, il siégera à Arras, à Paris les trois jours suivant. Cela devait suffire à son bonheur : « J'ai 58 ans, je ne vais pas monter beaucoup plus haut. À 60-65 ans, il ne faut pas non plus pousser trop loin, ce serait déraisonnable. » •

C. L. C.

Commenter cet article