Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Communistes de cœur, de raison et de combat !

28 Juin 2011, 18:32pm

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com


 

Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.

28.251 communistes, soit 59,12% des votants, ont choisi Jean-Luc Mélenchon, qui est donc devenu le candidat du Front de Gauche. Ce résultat, en retrait sur le vote de la Conférence nationale est très loin du plébiscite souhaité par la direction du parti qui a fait croire depuis plusieurs mois que les communistes étaient unanimes autour de sa proposition. Ce vote recouvre des intentions différentes, de la création d’une nouvelle force politique à la discipline devant une décision de la direction en passant par la crainte d’affronter directement l’élection présidentielle ou de remettre en cause des accords présentés comme avantageux... Mais quelles que soient les motivations de ceux qui ont fait ce choix, la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles pèse du côté de l’effacement du PCF.

André Chassaigne obtient 17.594 voix soit 36,82% des suffrages. C’est un bon résultat compte-tenu du contexte particulièrement détestable qui a entouré la consultation. Le député du Puy de Dôme a en effet été traité avec un mépris affiché, tout a été fait pour saboter sa candidature. Dans ce contexte, il faut lui reconnaître une grande part de courage politique –qualité qui se perd… du courage, il en fallu aussi beaucoup aux communistes qui ont fait ce choix, confrontés à une pression quasiment menaçante de l’appareil national et de ses représentants.

Par souci d’efficacité et de rassemblement, nous avions appelé à voter pour André Chassaigne. Les résultats montrent que nous avons été entendus. Dans le département où le texte « Faire vivre et renforcer le PCF » avait fait ses meilleurs résultats au 34ème congrès, les résultats d’André Chassaigne sont bons.

Pour autant, nous ne cherchons pas à nous approprier ce vote. Il était certes divers dans ses motivations. Cette diversité est sa richesse. Elle a permis que s’exprime largement une idée forte, pas d’effacement du PCF, serait-ce au nom du rassemblement.

1.944 communistes, soit 4,07%, ont voté pour Emmanuel Dang Tran.

Ce sont donc en tout, près de 41% des votants qui ont exprimé leur refus du « package » Mélenchon, leur volonté d’un PCF fort, actif et combatif ancré dans la population en prise directe avec les révoltes, les luttes pour la transformation révolutionnaire.

De nombreux communistes s’interrogent. Faut-il rester dans le PCF, alors que s’annonce une campagne qui ne sera pas communiste ? D’autant que la direction nationale et ses relais dans certaines fédérations multiplient les provocations et les attitudes agressives dans l’espoir qu’un nouveau lot de communistes « non conformes » à leur orientation partent.

Nous les appelons au contraire à rester au PCF et à y prendre toute leur place. Quelles que soient les difficultés, le résultat et le rassemblement qui l’a permis montrent les capacités de résistance des communistes et de nombreuses sections et fédérations à la ligne de rupture avec notre histoire communiste portée par la direction.

Cette dernière s’est dévoilée : préférence affichée pour Mélenchon, sabordage de la candidature Chassaigne, refus d’une vraie consultation jusqu’à ce que les délégués à la Conférence nationale l’imposent, manœuvre de l’appareil pour faire pression sur les communistes... jusqu’où est-elle prête à aller ?

Alors que Pierre Laurent cherche à faire passer la désignation de Mélenchon pour un grand geste d’ouverture, il apparaît au plus grand nombre comme un geste de faiblesse d’un PCF qui a renoncé à jouer les premiers rôles.

Dans ses premières prestations, Jean-Luc Mélenchon apparaît comme un VIP de la gauche du parti socialiste. C’est un mitterrandien revendiqué qui ne porte ni rupture avec le capitalisme, ni engagement du processus de construction d’une société nouvelle.

L’entrée de la FASE dans le Front de gauche renforce le sentiment d’une auberge espagnole destinée à faire exister les forces à gauche du PS sans pour autant déranger la maison mère.

Le congrès de 2012 sera décisif pour l’avenir du PCF. Nous ne doutons pas que son autonomie, voire son existence seront en jeu. Raison de plus pour amplifier le rassemblement des communistes vers une autre orientation qui a vocation à devenir majoritaire. Préparons cette échéance dès maintenant.

Nous appelons donc les communistes à déployer avec courage et ténacité une activité qui permettre de faire vivre et renforcer le PCF dans les mois qui viennent.

Pour cela, nous voulons travailler dans 4 directions :

 

- La bataille idéologique et le programme communiste qui doivent nourrir le mouvement populaire
- Le développement des luttes sans lesquelles aucun changement ne sera possible en 2012
- Le renforcement du PCF -adhésions, cotisation, réunions, actions- pour revitaliser les organisations de bases (cellules et sections) qui sont des lieux essentiels pour construire une orientation communiste, la résistance à la ligne liquidatrice
- L’élection et la réélection des députés communistes

Les milliers de communistes qui ont refusé la candidature Mélenchon sont une force considérable. Adressons nous à eux sans complexe avec le souci de rassembler largement d’ici 2012.



- Caroline ANDRÉANI (membre du Conseil National, fédération de Seine-Saint-Denis) ;
- Paul BARBAZANGE (membre du Conseil National, fédération de l’Hérault) ;
- Floriane BENOIT (membre du Conseil National, fédération de l’Isère) ;
- Marie-Christine BURRICAND (membre du Conseil National, fédération du Rhône) ;
- Alain DE POILLY (membre du Conseil National, fédération du Val-de-Marne) ;
- André GERIN (membre du Conseil National, fédération du Rhône) ;
- Jean-Jacques KARMAN (membre du Conseil National, fédération de Seine-Saint-Denis) ;
- Jean Claude KORDE (fédération du Bas-Rhin) ;
- Jean-Pierre MEYER (membre du Conseil National, fédération du Var) ;
- Pascale NOIZET (membre du Conseil National, fédération de Paris) ;
- Hervé POLY (membre du Conseil National, secrétaire de la fédération du Pas-de-Calais) ;
- Laurent SANTOIRE (fédération de Seine-Saint-Denis).

Commenter cet article