Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Bertrand Pericaud pour la défense de l'emploi industriel

29 Septembre 2011, 06:05am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Sidérurgie et Métallurgie

ISBERGUES

La tôlerie classique isberguoise ne ferait plus partie des projets de développement industriels d'APERAM

dimanche 03.07.2011, 05:06

La tôlerie classique isberguoise ne ferait plus partie des projets de développement industriels d'APERAM
D'après Bertrand Péricaud (à d.), le PD-G des inox J.-Paul Rouffiac peine à croire en l'avenir de la «LT».

Après avoir rencontré le DRH isberguois Gérard Grimbert, puis les syndicats du site APERAM le 7 avril, les élus régionaux Bertrand Péricaud et Pierre de Saintignon ont reçu vendredi le PD-G des inox Jean-Paul Rouffiac à Lille afin de poursuivre la discussion sur une possible alternative à la fermeture de la « LT ».

Dans un « discours de vérité », dixit Bertrand Péricaud, le dirigeant a coupé court à cette éventualité et n'a pas caché à ses interlocuteurs que la tôlerie classique ne faisait plus partie des priorités industrielles d'APERAM.

Prenant acte de la venue du PD-G des inox comme l'expression d'« un geste de courtoisie et de franchise »,Bertrand Péricaud et Pierre de Saintignon ne se faisaient guère d'illusions sur les motivations de leur invité du jour. « On se doutait qu'en acceptant notre entrevue, il ne venait pas nous dire qu'il renonçait au PSE, ou accédait finalement aux scénarios alternatifs des syndicats, ni qu'il venait nous quémander de l'argent, lâche Bertrand Péricaud, président de la commission Développement économique du conseil régional. Il a tenu un discours de vérité qui a consisté à remettre en contexte le choix de la mise sous cocon de la tôlerie d'Isbergues pour des raisons plus structurelles que conjoncturelles. Il en ressort que le noyau d'avenir du développement du site passe désormais dans son esprit par la LC2I et Recyco.

 » Le dirigeant aurait insisté sur le manque de visibilité quant à l'activité du site isberguois - « en raison de la fragilité du marché de l'inox et de la concurrence féroce de la Chine » - pour justifier l'ouverture du PSE sur lequel la direction ne reviendra pas. « Il nous a dit qu'il parviendrait à rassembler les 223 candidats au départ, poursuit l'élu de la Région. Il pense par conséquent qu'il y aura de licenciements. » Et Jean-Paul Rouffiac d'ajouter qu'APERAM ne sera pas un simple spectateur du jeu des rapprochements qui s'annonce entre les industriels des inox.

Bientôt le mariage ?

 

Des restructurations pourraient en effet bientôt voir le jour dans les semaines et mois à venir, ce qui signifierait des reventes et rachats de sites entre les quatre grands groupes européens. « Un rachat par APERAM des activités inox de Thyssen, qui cherche à les vendre actuellement, ne serait pas une mauvaise chose pour Isbergues, estime à ce propos Bertrand Péricaud. Les connexions existent déjà sur le site et nous avons martelé à Jean-Paul Rouffiac note attachement à l'outil industriel. C'est certes un financier, mais il nous a semblé être sur la même longueur d'ondes sur ce point... » En attendant, l'élu rencontrera les syndicats du site d'Isbergues le 8 juillet pour un nouveau point d'étape. « Nous, ce qu'on veut, c'est de la visibilité », rappelle-t-il à l'envi. Comme les salariés, les syndicats, qui ne manqueront pas d'interpréter le « discours de vérité » de leur dirigeant, ne demandent pas autre chose. •

 

ARNAUD DÉTHÉE

Commenter cet article