Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Au nom du droit aux vacances : A l’initiative des fédérations de l’Oise et du Pas-de-Calais du PCF, des centaines de Picards et de Ch’tis ont goûté aux joies du tourisme balnéaire, ce samed

10 Septembre 2013, 00:05am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Thieery-Aury--au-centre--n-a-pas-hesite-a-se-jeter-a-l-.JPG

 

Pas moins de 35 cars et environ 2 000 touristes ! Une 19e édition qui confirme une montée en puissance. La traditionnelle Journée à la Mer suggérée par la Fédération de l’Oise du PCF a pris des allures d’invasion pacifique à Berck-sur-Mer. Pacifique et joyeuse en dépit du temps maussade qui sévissait ce samedi. Pour la première fois, la Fédération du Pas-de-Calais s’était jointe à cette initiative. Des autobus avaient fait le déplacement depuis Lens, Courrières et Montigny-en-Gohelle. Originaire de cette dernière ville de l’Héninois, Renée Dehait tire de cette escapade un bilan largement positif. « Les enfants ont joué dans l’eau et sur la plage où nous avons pique-niqué. L’après-midi, comme il faisait un peu plus froid, nous nous sommes baladés en ville. Nous avons visité la fabrique de bonbons. Ils étaient heureux  ». Et notamment le petit Denïz (3 ans) qui « voyait la mer pour la première fois ». Renée en invalidité et son compagnon Dominique en recherche d’emploi, n’ont pas eu l’opportunité de partir en vacances cet été. C’était donc l’occasion de « changer d’air et de rentrer bien fatigués ».

 

« Se faire plaisir ! »


« C’est bien que la Fédération du Pas-de-Calais ait pris cette initiative », estime Louise Delacuisine que les intempéries n’ont guère perturbée dans la mesure « où il y a tellement de choses à faire à Berck. Les jeunes sont allés à la piscine. A midi, nous sommes allés manger au restaurant. Heureusement toutefois qu’à cause de la pluie, on n’a pas passé son temps au bistrot, sinon nous serions revenus pompettes », s’esclaffe la Montignoise qui a emmené dix des siens sur les rives de la Manche. Même son de cloche du côté de Gabriel Lasser. Il habite un quartier populaire de Beauvais. C’est la troisième fois qu’il se rend à Berck, avec sa compagne et ses enfants aujourd’hui âgés de 4, 5 et 8 ans. Intérimaire actuellement sans emploi, lui non plus n’est pas parti en vacances, cette année. « C’est un peu galère », commente un homme qui, d’ordinaire, apprécie prendre des bains de mer au Tréport, « plus proche de chez moi ». Il a partagé son temps entre « la piscine, une dégustation de moules-frites, une balade en ville et une visite aux phoques de la baie de l’Authie. Une première ! Les enfants ont aussi ramassé des coquillages entre deux averses ». Cette journée lui est revenue sur place à 100 €, sans compter le prix du transport (12 € par adulte et 5 € par enfant). « On avait mis de côté pour se faire plaisir », avoue-t-il.

 

Plus-de-cent-personnes-du-Pas-de-Calais-avaient-fait-le-de.JPG

 

Un PCF proche des préoccupations populaires


Chez les organisateurs, l’heure est tout autant à la satisfaction. « Certes, nous aurions préféré du soleil, mais l’essentiel demeure que les gens paraissent contents d’être là ; ça les change, ils voient autre chose. Pour un tas de famille, c’est la seule sortie de l’été. Berck, c’est aussi de magnifiques plages de sable fin, c’est l’immensité de la mer qui tranche avec les immeubles de la ZUP de Beauvais », commente Thierry Aury, secrétaire du comité régional PCF de Picardie. A ses côtés Marie-Claude Fournier acquiesce. Elle n’est pas en reste pour lui vanter les mérites d’une « station qui est restée familiale ». Avec Marcel Trepagne, Gregory Boyer et bien d’autres militants, l’élue municipale berckoise, a assuré l’accueil des estivants, au nom de la section locale du PCF. « Loin de l'agitation politicienne stérile sur fond de promesses non tenues qui désespère tant de nos concitoyens, cette journée et sa préparation sont la marque d'une action politique originale du Parti communiste et du Front de Gauche. Une manière de transformer la revendication en un acte concret positif », rappellera, durant le trajet, Thierry Aury à ses hôtes. « Cela correspond à un besoin pour les gens en situation financière difficile. Pour le PCF, c’est une façon d’être au plus près des gens qui souffrent, de montrer que nous sommes utiles », insiste Edmond Bruneel, responsable du PCF à Montigny-en-Gohelle.

 

 

Jacques KMIECIAK

Liberté Hebdo Nord-Pas-de-Calais

Commenter cet article