Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

6e congrès de la CGT de la FM : L’emploi au cœur des préoccupations !

24 Décembre 2011, 07:53am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

L’usine de fabrication de moteur de Douvrin, filiale de Renault et de PSA, a perdu pas moins de 2.300 salariés en huit ans, dans la foulée notamment de la fermeture de la fonderie. « Les effectifs se sont stabilisés en 2010 - 2011 », observe cependant Alain Labarre, reconduit au poste de secrétaire général à l’issue du 6e congrès d’une organisation majoritaire à la FM « depuis 35 ans ».

 

Alain-Labarre-a-ete-reconduit-a-la-tete-du-syndicat.jpg

 

L’entreprise se félicite même d’avoir procédé à une centaine d’embauches en CDI en 2011. « Attention, presque la moitié de ces salariés viennent de Sevelnord. En fait, il s’agit plus d’une mobilité interne à PSA », commente Alain Labarre. Et ce dernier de rappeler que « depuis l’annonce cet automne de la suppression de 5.000 emplois à PSA, nous avons perdu 150 intérimaires ». Dans ces conditions, le dirigeant syndical s’interroge sur la pertinence d’accorder des aides publiques sans que cela « ne se traduisent par des embauches. De surcroît, avec ses onze milliards de réserve financière, PSA a-t-il vraiment besoin d’être soutenu ? ». Récemment encore, le Conseil régional a voté une subvention de deux millions d’euros (fonds FEDER) en faveur du lancement prochain de la production d’un nouveau moteur (3 cylindres turbo) pour PSA. Seul le PCF s’y est opposé sous ce prétexte que la FM n’envisageait pas de création d’emplois en contrepartie. Elle s’engageait seulement à le maintenir. Et encore ! « La FM promet de sauvegarder 3.115 emplois en CDI. Nous sommes 3.280 aujourd’hui. 165 emplois pourraient donc encore être supprimés d’ici là », s’indigne Alain Labarre.

 

Pour la CGT, «  à condition que l’on revienne aux taux de productivité de 1990, on pourrait créer 2.000 postes, ici ». On ne s’y dirige pas vraiment à l’heure où Renault déjà largement désengagé à Douvrin, « vient de confier à des usines roumaine et espagnol la fabrication de ses petits moteurs à essence de nouvelle génération. Ce sera au détriment du moteur D, le seul moteur Renault conçu ici ». Une orientation d ‘autant plus inquiétante qu’un moteur « comme le TU (qui équipe des Citroën, Peugeot et Fiat) est en fin de vie. On en fabrique 750 par jour désormais, contre 5.000 à la grande époque », s’inquiète Alain Labarre. L’horizon paraît d’autant plus sombre que la direction de la FM ne s’est toujours pas exprimée sur « le devenir du partenariat entre Renault et PSA sur lequel repose la FM », s’alarmait l’élu communiste Bertrand Péricaud au Conseil régional, en novembre.

 

gugul-html-m65ed1c20Jacques KMIECIAK

Commenter cet article