Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Trois parlementaires au chevet de la Santé et de l'industrie papetière

9 Avril 2017, 00:59am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Devant l'usine Arjo-Wiggins et l'hôpital de Lens.
Devant l'usine Arjo-Wiggins et l'hôpital de Lens.

Devant l'usine Arjo-Wiggins et l'hôpital de Lens.

Les sénatrices et le sénateur communistes de la Commission des Affaires Sociales du Sénat ont poursuivi leur « Tour de France de la Santé » dans le Pas-de-Calais cette semaine, après l’Isère et à quelques semaines d’une visite dans le Val-de-Marne.

 

Comment faire face à la détérioration accélérée de notre système de soin ? C’est pour répondre à cette question que les trois parlementaires communistes Laurence Cohen, Annie David et Dominique Watrin, membres de la Commission des Affaires Sociales du Sénat ont multiplié les visites ces 4 et 5 avril. Ils se sont ainsi rendus devant l’hôpital de Lens à la rencontre des usagers et des salarié-e-s, avant de visiter le Centre exemplaire de Santé Filieris de Méricourt, puis d’échanger avec les élu-e-s du secteur d’Auchy-les-Mines. Et ce mercredi, ils sont allés plus à l’ouest pour entendre les maires d’Annequin et de Roquetoire, sur les questions de désertification médicale notamment.

L’idée ? Utiliser la suspension des travaux en séance publique au Sénat pour rencontrer les différents acteurs de santé. Il y a quelques semaines, les sénatrices et le sénateur ont ainsi été à la rencontre des salarié-e-s de l’hôpital de St Egrève et celui de Vienne en Isère, pour évoquer la question de la psychiatrie et ils seront dans quelques semaines dans le Val-de-Marne.

« La désertification médicale prend plusieurs formes, en fonction des territoires, qu’ils soient peuplés comme le bassin minier ou plus ruraux, mais c’est à chaque fois le même constat : les services de santé de premier recours disparaissent », a précisé Dominique Watrin, sénateur du Pas-de-Calais et organisateur de ce déplacement. « C’est pour cette raison qu’il nous a semblé important de nous rendre à l’hôpital de Lens, en grandes difficultés, malgré le refus bien peu républicain opposé à notre demande de visite (1). »

De même, la sénatrice de l’Isère, Annie David a évoqué la situation similaire des territoires de montagne dans lesquels la baisse du nombre de médecins et les fermetures d’unités de soins (maternités, hôpitaux de proximité) éloignent les citoyen-ne-s de la santé avec parfois des conséquences dramatiques.

Mais si les constats sont similaires, c’est aussi que les causes sont les mêmes, comme l’a rappelé Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne, un département peuplé mais qui fait tout de même face lui aussi à un manque de praticiens. Elle a également dénoncé la responsabilité de la majorité de la représentation parlementaire qui vote les coupes dans le budget de la Sécurité Sociale entraînant l’asphyxie des hôpitaux publics.

Il faut rompre avec la loi HPST que Marisol Touraine n’a pas abrogé tandis que les budgets toujours plus serrés conduisent à l’austérité, ont rappelé les trois élu-e-s.

Pourtant, si beaucoup de parlementaires dénoncent sur le terrain les fermetures de lits dans les hôpitaux et l’abandon de certains territoires, les trois sénateurs ont rappelé avec force que seuls les groupes GDR à l’Assemblée et CRC au Sénat s’y opposent au moment de voter les budgets de la Sécurité Sociale !

Enfin, le programme s’est conclu par la rencontre des salariés d’Arjo Wiggins en lutte depuis plus de deux ans. « La désertification médicale va souvent de pair avec la désertification tout court, et nous nous battons sur ces deux fronts », a martelé le sénateur du Pas-de-Calais.

 

  1. Les parlementaires communistes s’étant vus interdire l’accès à l’hôpital, un rassemblement a été organisé devant les grilles pour rencontrer les usagers et soutenir les soignants qui ont lancé une pétition sur Change.org : « Hôpital de Lens saturé : maintenant ça suffit ! ». Suite à ces actions, le député socialiste a demandé à l’ARS la réouverture d’un bâtiment de l’hôpital pour désengorger les urgences.