Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Avion: perception, commissariat, éducation... les élus pointent le manque d’effectifs

4 Juillet 2015, 07:54am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Avion: perception, commissariat, éducation... les élus pointent le manque d’effectifsAvion: perception, commissariat, éducation... les élus pointent le manque d’effectifs
Avion: perception, commissariat, éducation... les élus pointent le manque d’effectifsAvion: perception, commissariat, éducation... les élus pointent le manque d’effectifs

Fermeture de la trésorerie d’Avion, suppression de deux classes à la rentrée, manque d’effectifs au commissariat. La municipalité a décidé de lancer la riposte en affichant son refus en différents points de la commune et en lançant la signature d’une pétition pour la défense des services publics.

(article voix du Nord PAR EMMANUEL CRÉPELLE en date du 03/07/2015).

Symboliquement (et pour la photo) ils sont montés sur le toit de la perception et ont eux-mêmes dévoilé la première de toutes les banderoles qui ont été posées, ce jeudi, dans la commune. Les élus avionnais n’entendent pas rester les bras croisés quand les services publics sont mis à mal dans leur ville. « Ce n’est que le début de la mobilisation, clame devant ses troupes communistes (et les élus Verts au conseil municipal) le maire, Jean-Marc Tellier. On supprime des services publics et on essaie de nous faire croire que c’est pour notre bien ! On appelle la population à se mobiliser avec nous cet été, et on lui donnera rendez-vous en septembre pour des actions concrètes. »

Premier arrêt, donc, à la perception. Malgré un passage de 6 000 personnes par an (soit 500 par mois) décision a été prise de tout transférer à Liévin. Les contribuables qui viennent souvent chercher de l’aide ou simplement payer leurs impôts en seront quitte pour un déplacement de plus. Les trois agents seront mutés à Liévin ; la responsable aura une proposition en son temps.

Passage également par le commissariat de police d’Avion et par l’école Parent. Là, les élus rejoignent des parents d’élèves de Parent et de Desnos qui ont déjà fait signer une pétition en avril. Jusque-là dans le vide. « On nous dit que deux classes vont être fermées à cause des effectifs, mais pour la maternelle on ne compte plus les moins de 3 ans. » Les parents ont refait les comptes : ce ne sont plus 85 enfants qui devraient être scolarisés à la rentrée mais 97. De quoi remettre en cause la fermeture ? Il faudra attendre le comptage officiel à la rentrée, sinon il faudra pousser les murs pour faire entrer trente-quatre élèves par classe au lieu des vingt-huit d’aujourd’hui.

À quelques mètres de là, à Desnos, une classe aussi est menacée parce que les enfants de Clis (Classe pour l’inclusion scolaire) n’entrent pas dans les effectifs. « Notre problème est que nous ne sommes pas classés en zone d’éducation prioritaire. Ce qui va se passer : de plus en plus de familles vont changer d’école alors que nous avions la chance d’avoir des établissements scolaires de proximité. »

Plus de BAC basée au commissariat ?

Depuis des semaines, le bruit courait que la BAC (brigade anti-criminalitée) du commissariat d’Avion serait mise en sommeil par manque d’effectifs. Le maire, reçu jeudi matin à la direction de la sécurité publique avec ses collègues de Méricourt, Rouvroy et Drocourt, en a eu confirmation. « Au nom de la mutualisation avec Lens, ce service est amené à disparaître. Et on nous explique que c’est pour mieux renforcer les patrouilles ! Donc on nous dit, plus de police avec moins de policiers ! Cela nous inquiète car on ne peut pas nier qu’il se passe des choses, notamment quand la journée a été très chaude comme c’est le cas en ce moment. »

Un syndicaliste SGP-FO du commissariat avionnais confirme la mise en sommeil de la BAC en septembre et la mutualisation avec le commissariat de Lens… lui-même en manque d’effectifs. L’origine de la situation à Avion : des mutations, des départs à la retraite, des adjoints de sécurité qui obtiennent leur concours et qui ne sont pas remplacés, des arrêts maladie. « Comment voulez-vous faire à trois le boulot de six ? On gère l’urgence et il arrive qu’on soit obligé d’attendre des renforts pour intervenir. »D’après le syndicaliste, il manquerait au commissariat d’Avion huit à dix fonctionnaires pour faire tourner la boutique.

Sollicitée, la direction de la sécurité publique n’a pas répondu à nos questions.

Commenter cet article