Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Au péage de Fresnes-les-Montauban, les communistes militent pour la nationalisation des autoroutes

15 Novembre 2014, 08:17am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Au péage de Fresnes-les-Montauban, les communistes militent pour la nationalisation des autoroutes

Région > Arras et ses environs > Fresnes-lès-Montauban

PUBLIÉ LE 14/11/2014

PAR SARAH BARDIS (texte) et PASCAL BONNIERE (photos)

PCF et Front de gauche manifestaient ce vendredi matin au péage de Fresnes-les-Montauban. Ils militent pour la renationalisation des autoroutes. Une proposition de loi doit être déposée à l’assemblée par le groupe communiste d’ici la fin de l’année.

10 h 30, ce vendredi matin, sur l’A1. Ça défile au péage. Aux barrières, les militants PCF font piliers, tracts en main. Passe un chauffeur routier grisonnant. Un père de famille, un bébé à l’arrière, visse un capuchon de biberon tout en tapant sur l’automate. Les tickets sortent. La monnaie tombe. 35 € pour le camion venant d’Argenteuil ; 15,30 € pour la petite auto venant de Reims ; 16,10 € la berline de Paris… Au volant, les usagers ne peuvent que constater : « C’est cher ! » Un euphémisme aux yeux des militants PCF grelottant sur place.

« Les sociétés d’autoroutes engrangent les bénéfices . Elles ont versé, depuis 2005, 15 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires ! Derrière, ce sont les automobilistes, les gens qui travaillent, qui partent en vacances… qui paient » explique Jean-Luc Degremond. Hafid Belmir enchérit : « Il y a quelques années, le prix du péage, on s’en souciait peu ! Aujourd’hui, ça pèse sur le budget. »

Hervé Poly, responsable départemental PCF, argue : « En 2005, le gouvernement a privatisé les autoroutes. Il a bradé les bijoux de famille ! Il est urgent qu’on nationalise, vu les difficultés financières que la France traverse. C’est une disposition soutenue par la population et qui ramènera des deniers à la France. »

Le PCF va déposer sa proposition de loi d’ici la fin de l’année. Une question de bon sens pour Jean-Luc Degremond : « PS, UMP, tous les partis devraient être derrière les citoyens.»

Le contexte, 8 ans après la privatisation

2006. Le gouvernement Villepin privatise les autoroutes . Les concessions sont cédées aux groupes Eiffage, Vinci et Abertis pour 14,8 milliards d’euros.

Été 2014 : le gouvernement négocie un plan de relance des autoroutes, examiné par la Commission européenne. Les exploitants s’engagent à réaliser 3,6 milliards € de travaux, en contrepartie l’État prolongerait la durée des concessions. Un plan que l’État n’entend pas remettre en cause.

Mi Septembre : L’Autorité de la concurrence rend public un rapport qui pointe la « rentabilité exceptionnelle » des sociétés d’autoroutes.

Automne 2014 : Plusieurs associations d’automobilistes réclament la renationalisation. Ségolène Royal, ministre du Développement durable, annonce la suspension du dispositif d’écotaxe sur les poids lourds pour privilégier le prélèvement du profit des autoroutes.

Les opposants au projet estiment que l’État n’a pas les moyens de cette nationalisation : l’opération coûterait au bas mot 30 milliards d’euros.

En chiffres

9 048 km d’autoroutes sont exploités, en France, sous le régime de la concession, par dix-neuf sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA).

100 € de péages payés par l’usager, c’est entre 20 et 24 € de bénéfice net pour les concessionnaires d’autoroutes.

+ 26 %, la hausse du chiffre d’affaires enregistrée par les sociétés d’autoroutes entre 2006 et 2013.

14,9 milliards d’euros, les dividendes que les sociétés d’autoroutes ont reversés à leurs actionnaires.

+ 1,97 %, la hausse moyenne du tarif des péages en 2013. Chaque année, la hausse des tarifs a été supérieure à l’inflation.

Source : Autorité de la concurrence
)