Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Petit rappel des promesses du PS au Sénat : budget 2012, d'autres choix sont possibles !

3 Octobre 2014, 09:38am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

Tenez vous bien, vous ne rêver pas à cette époque pas si lointaine, en 2012 plus précisément, les sénateurs socialistes étaient encore sur des choix de politique de gauche et accepter les propositions des sénateurs communistes. Il est vrai que le parti socialiste était dans l'opposition mais il est tout d emême intéressant de faire ce bref rappel.

 

Depuis de l'eau à couler sous les ponts et le gouvernement socialiste s'est soumis à mener avec zèle une politique de droite au nom des dogmes de la baisse de la «dépense publique» et celui du «coût du travail» le tout bien-sûr au nom des fameux aux critères d'austérité exigés par Bruxelles.

 

Aujourd'hui, le sénat est de nouveau à droite, voilà une des raison et sans doute la principale pour laquelle le parti socialiste connaît une impopularité record.

 

A raison les français n'aiment pas les reniements et le font payer lourdement au pouvoir socialiste en place qui renvoie comme seule réponse un mépris envers le peuple qui le condamne à terme à sa perte.

 

Petit rappel édifiant des engagements non tenus pas le parti socialiste et ses élus.

 

Le sénat s'apprête à voter la première partie du budget 2012. Les sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen voteront pour les nouvelles recettes prévues par la majorité sénatoriale de gauche. En effet, le texte porté par le gouvernement sort profondément modifié des premiers débats.

 

Ainsi, les parlementaires du groupe CRC ont fait adopter :

 

le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune,

 

la suppression de trois niches fiscales mettant en cause le rendement du même impôt,

 

le retour à la défiscalisation des indemnités accident du travail,

 

la taxation de la rémunération des traders,

 

la division par deux du crédit dimpôt sur les dividendes,

 

la mise en cause des prélèvements libératoires,

 

Ces amendements représentent à eux seuls plus de 10 milliard d'euros de recettes supplémentaires.

 

Ils sajoutent aux mesures proposées et votées par l'ensemble de la gauche, comme :

 

une nouvelle tranche d'imposition sur les hauts revenus à 45%,

 

la remise en cause de la « niche » Copé sur les plus-values des entreprises,

l'instauration dune taxe sur les transactions financières (taxes Tobin),

 

la suppression de la réduction de 200 millions d'euros des moyens des collectivités locales,

 

le renforcement de l'impôt sur les sociétés.

 

L'ensemble des nouvelles recettes sélèvera donc à peu près de 30 milliards deuros.

 

Ces amendements importants visent à faire participer les plus riches et les grands groupes aux efforts, ce que le gouvernement Sarkozy-Fillon se refuse obstinément à faire.

Ils constituent un premier pas vers une politique de justice fiscale.

 

L'intervention des sénateurs CRC et de lensemble de la majorité ne peut être de proposer un contre-budget, le rôle du Parlement étant, en effet, trop limité par la Constitution.

 

Il s'agit de montrer que dautres choix sont possibles en terme de recettes fiscales de l'État pour relancer l'économie en maintenant et développant l'emploi, tournant le dos à l'austérité imposée toujours plus fortement au peuple.