Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Poly

Georges Ibrahim Abdallah : le Pas-de-Calais se mobilise

24 Octobre 2014, 11:12am

Publié par hervepolypcf62.over-blog.com

André Délcourt et Christian Champiré maires communiste pour Abdallah.
André Délcourt et Christian Champiré maires communiste pour Abdallah.

Manifestation vendredi 24 octobre devant la résidence de l'ambassadeur de France à Bruxelles (Belgique)

Appel solennel d'André Delcourt, conseiller général PCF du Pas-de-Calais, conseiller municipal de Calonne-Ricouart

En 2012, à l'initiative d'André Delcourt, alors maire de Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), la municipalité communiste de Calonne-Ricouart élevait Georges Ibrahim Abdallah au rang de citoyen d'honneur.

Fidèle à son engagement, André Delcourt reste un soutien actif du résistant communiste libanais incarcéré à Lannemezan dans les Pyrénées. Aussi appelle-t-il les communistes, les militants progressistes et républicains, à participer massivement au rassemblement de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah qui aura lieu le vendredi 24 octobre 2014 devant la résidence de l'ambassadeur de France à Bruxelles (Belgique) à l'initiative du Secours rouge*.

A cette date, Georges Ibrahim Abdallah, militant anti-impérialiste, partisan de la Cause palestinienne, débutera sa 31e année de détention en France ; ce qui en fait le plus ancien prisonnier politique d'Europe.

André Delcourt appelle à la libération immédiate de Georges Ibrahim Abdallah sur le sort duquel la « Justice » française doit se prononcer le 5 novembre prochain.

* Départ collectif organisé de l'hôtel de ville de Grenay, le vendredi 24 octobre à 13h 30 à l'initiative de la section locale du PCF de Grenay et du Collectif « Bassin minier » pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah.

  • Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais âgé de 63 ans, détenu dans la prison de Lannemezan (65), entrera le 24 octobre 2014 dans sa 31e année de détention

Georges Ibrahim Abdallah s’est engagé dès la fin des années soixante dans la résistance palestinienne et libanaise contre la colonisation et l’occupation sionistes.

Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, il est condamné à 4 ans de prison, puis en 1987 à la réclusion à perpétuité, pour complicité dans l’exécution revendiquée par les Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) d’un agent des services secrets israéliens et d’un attaché militaireétats-unien.

Le montage policier et judiciaire qui a permis sa condamnation a depuis été dénoncé par de hauts personnages de l’État. L’ancien chef des services secrets français de l’époque a ainsi jugé « anormal et scandaleux » le fait de le maintenir encore emprisonné, parlant de « vengeance d’État ».

En 2003, la juridiction de Pau autorise sa libération, mais sur ordre du ministre de la Justice suite à une intervention des États-Unis, l’appel du procureur général fait annuler cette décision.

En 2009, la cour d’appel rejette une nouvelle fois une demande de libération conditionnelle.

En novembre 2012, le tribunal d’application des peines donne un avis favorable à sa libération, en l’attente d’un arrêté d'expulsion… que le ministre de l'Intérieur, M. Valls, refuse de signer.

Le 4 avril 2013, après trois ajournements, deux appels et un recours en cassation, la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah est déclarée irrecevable.

Georges Ibrahim Abdallah a déposé en 2014 une nouvelle demande de libération : l’audience a eu lieu le 30 septembre et la décision du tribunal sera connue le 5 novembre.

Georges Ibrahim Abdallah a terminé sa peine de sûreté depuis 1999. Encore récemment, les autorités libanaises ont réaffirmé être prêtes à organiser son retour dans son pays. Le maintien en captivité de Georges Ibrahim Abdallah a été un choix politique de l'État français, appuyé par Israël et les États-Unis.

Il est le plus ancien prisonnier politique d’Europe. Ce qui lui vaut cet acharnement, c'est de rester un militant anti-impérialiste et antisioniste, et de ne s’être jamais renié.

Au Liban, dans le monde arabe, mais aussi en Europe et ailleurs dans le monde, la lutte pour sa libération s'amplifie. Comme ces dernières années, à la même date, de nombreuses initiatives sont annoncées (rassemblements, meetings, concerts…).

JEUDI, 23 OCTOBRE, 2014